Dimanche dernier, c'était "Chicon Bike Tour" et pour dimanche prochain, j'avais prévu d'aller à Roubaix, chez l'ami Gérard pour "la ronde des rois" que je ne connais pas et que je souhaitais tester. Pour ne pas passer pour un gros nul au pays des champions et rouiller le moins possible, je me suis lancé dans une petite rando vers Mons en Pévèle par la voie verte, mon tour classique d'entraînement de 48 km. Ce jeudi après-midi, la météo est magnifique, grand soleil, terrain encore gelé, sec et roulant à souhait.

Juste après avoir déjeuné, vers 13h15, je me prépare et me lance dans mon aventure, bien décidé à rentrer en moins de 2 heures...

J'emprunte la rue Pasteur puis à droite la rue des tourbières suivie du chemin qui la prolonge vers la rue Jules Guesde à Roost-Warendin. Naturellement, je suis très attentif aux petites ornières, aux rails bien gelés et durs formés par le passage de nombreux bikers lorsque la terre était encore meuble ainsi qu'aux petites flaques-patinoires qui parcourent le sentier. A quelques dizaines de mètres de la sortie du layon, filant à bonne vitesse le "nez dans le guidon", je prends un grand coup sur la tronche et me retrouve brutalement et instantanément plaqué au sol dans l'enchevêtrement de la ramure d'un arbre, en l'occurrence un saule, qui venait de s'abattre sur moi, pile au moment où je passais. Un gars, invisible depuis le passage car dissimulé par les taillis, était tranquillement en train de faire sa provision de bois pour l'hiver et jouait de la tronçonneuse sans se soucier du reste et surtout pas du côté vers lequel la chute de l'arbre se produirait ! En fait, ça l'arrangeait bien car de cette manière il évitait d'avoir à transporter les bûches à travers les broussailles et pouvait les déposer directement dans sa camionnette !

Toujours est-il que j'ai pris le pauvre saule de plein fouet sur les bras, heureusement pas sur la tête, et que je suis resté plusieurs minutes au sol, plié en deux de douleur, avant de parvenir à reprendre mes esprits et me relever. Premier désagrément, le type m'engueule ! "vous pouvez pas faire attention où vous roulez !" Bon là, je sors un peu de mes gonds : "Non mais ça va pas, vous êtes malade d'abattre des arbres sans prendre un minimum de précautions pour qu'il ne tombe pas sur le passage !" et il me rétorque que ça ne sert à rien, qu'il ne passe jamais personne par là et qu'il a déjà abattu des centaines 'arbres en procédant toujours de cette façon ! Il s'excuse un peu quand même en prétextant qu'il ne m'avait pas entendu. Ah, ils pourraient pas fabriquer des tronçonneuses thermiques silencieuses ! Fermez le ban... Je n'insiste pas, j'ai trop mal pour discuter, je veux juste rentrer chez moi !

Bon, on se calme et pan ! deuxième gros désagrément; Je me retourne pour relever mon vélo et le découvre enchevêtré dans les branches, totalement broyé, en me rendant compte, ainsi que le type, que "je suis passé par une belle porte" comme on dit. A 15 cm près, le choc se produisait sur mon crâne et non sur mon bras et le cadre du vélo !

Ensuite, il m'a déposé chez moi, nous avons échangé nos coordonnées perso et d'assurance et nous nous sommes quittés relativement apaisés. Le soir même, consultation chez le médecin puis échographie. Pas de casse, seulement de très gros hématomes provoquant d'importants oedèmes qui se résorberont avec le temps et le traitement approprié. Il ne reste plus qu'à se frotter aux assurances pour obtenir l'indemnisation  qui me permettra peut-être d'acquérir le même vélo, je l'espère...

Donc, pour le coup, comme je n'ai pas pu m'entraîner, je n'irai pas à Roubaix. Désolé Gérard mais à la prochaine !

Petite sortie solo "cata" le 19 janvier 2017 à "Nulle part" !

VTT Râches

vtt Râches